Réalisations : le projet

Présentation du projet et atouts pour la population

Chloé Crokart,
sociologue préparant l'agrégation
        Octobre 2011

L'objectif global du centre est de "contribuer à la promotion de la recherche scientifique et à la promotion des droits de l'homme dans la Province du Sud-Kivu en favorisant la compréhension de la problématique du respect des droits humains, en assurant l'accès à une documentation sûre et fiable".

Ce centre regroupe donc une bibliothèque se composant d'ouvrages en rapport avec les droits humains, de films documentaires et vidéos, de journaux locaux et régionaux et toute autre source d'information spécifique aux droits de l'homme. Il a comme but de documenter les recherches dans ce domaine, mais aussi d'organiser des séances de sensibilisation grâce à la projection de films documentaires et vidéos sur le sujet.

Le centre se situe à Walungu centre, le point focal regroupant un centre administratif, culturel et commercial, dans le territoire de Walungu. Parmi ses établissements, Walungu Centre abrite des installations administratives, des institutions d'enseignement primaire, secondaire, supérieur et universitaire. Mais aucune bibliothèque indépendante n'est à disposition de la population. Ce centre est l'opportunité d'un accès plus facile à l'information pour tous. Il n'existait pas d'ouvrages de références pour la recherche en droits humains ; les chercheurs, étudiants et les personnes intéressées étaient obligés de se déplacer jusqu'à Bukavu, distant de 45 km, pour trouver de la documentation. Les déplacements sont malaisés et entravent la possibilité d'obtenir des renseignements car les distances ne sont pas à négliger et le coût est une charge supplémentaire. La position de ce centre est donc idéale pour favoriser l'accès à l'information dans le territoire.

L'accès à l'information a plusieurs avantages parmi lesquels une amélioration sensible en matière de droits humains et de développement. Il représente souvent l'élément déclencheur d'une prise de conscience suivie d'actes de dénonciation et de défense de ces droits. La création de ce centre permettra donc de consolider chez les personnes déjà conscientes la volonté de faire respecter ces droits grâce à des autoformations devenues possibles, mais en outre, cela pourrait susciter également, grâce à la curiosité de la population, un éveil face aux difficultés et violations encore vécues au jour le jour. La connaissance et la transmission de ces atteintes aux droits seront alors en constante expansion.

Ce centre est le relais d'informations du RFDP (Réseau des Femmes pour la Défenses des Droits et la Paix) qui y déposera les revues et les rapports de causeries juridiques réalisées par l'organisation afin d'élargir le public visé et d'étaler les connaissances acquises pendant ces ateliers. Après les causeries juridiques organisées par le RFDP, les participants pourront rechercher un supplément d'informations dans des livres afin d'enrichir la formation reçue. Cela leur permettra de s'approprier des sources pour justifier les plaintes et dénonciations.

Après une dictature et des guerres à répétition entraînant la violation des droits humains de manière courante, la création de centre de documentation Henri Simonart sur les droits de l'homme offrira à la population un outil nécessaire à la compréhension de ses droits en vue d'abolir l'impunité et de favoriser l'émergence du développement. En effet, les bénéficiaires ne se limitent pas au groupe du RFDP et aux leaders, mais le centre est ouvert à la population dans son entièreté.